fbpx
Kenza Yacoubi

Les frais constituent des barrières implicites. C’est un problème pour de nombreuses familles :

    •    Une famille débourse en moyenne 280 euros en maternelle (dont 230 euros pour les repas) et 1.225 euros en primaire (dont 500 euros en moyenne pour les voyages scolaires) par an ;

    •    1 parent sur 4 paye plus de 1.000 euros les sorties et les voyages scolaires ;  

    •    Plus de 1.000 euros pour le coût d’une rentrée dans l’enseignement technique de qualification ou professionnel ;

    •    47% des familles ont des adolescents qui n’ont participé à aucun de ces voyages. Ce sont les enfants issus des familles les plus modestes qui sont les plus nombreux à ne pas profiter de ces différents types de voyages (scolaire, séjours linguistiques,…)

Aller plus loin et offrir l’école gratuite à tous les élèves

Afin de garantir l’égalité réelle entre les élèves, d’éviter que l’éducation ne constitue un coût à charge des parents et de lutter contre les écoles qui écartent certains élèves en alourdissant inutilement la facture présentée aux familles, je me battrai pour mettre en œuvre une véritable gratuité de l’école. Cette gratuité intègrerait le matériel scolaire, les activités culturelles et sportives, les sorties scolaires, un repas chaud et équilibré le midi pour chaque enfant, l’accueil extrascolaire et une étude encadrée par du personnel habilité. Aucun frais ne pourrait être réclamé aux parents.

Lutter contre l’échec scolaire et le redoublement

La Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) présente un taux de redoublement et d’échec plus important que les autres systèmes scolaires. En FWB : un jeune sur deux a déjà redoublé à l’âge de 15 ans, contre 12% en moyenne dans les pays de l’OCDE . Et les résultats des élèves issus de milieux défavorisés sont plus faibles comparativement aux résultats des élèves d’origine socioéconomique plus privilégiée ou fréquentant un établissement accueillant des élèves issus d’un milieu socioéconomique favorisé.

Pour contrer cette situation :

• Mettre sur pied un accompagnement personnalisé des élèves dès qu’une lacune est constatée.
• Réduire la taille des classes là où cela s’avère nécessaire.
• Proposer aux élèves une heure d’étude dirigée gratuite à l’école.
• Renforcer le décret relatif à l’encadrement différencié

KENZA YACOUBI

© 2019 Kenza Yacoubi tous droits réservés ! Site web propulsé par Artolia

ps-icon

KENZA YACOUBI

© 2019 Kenza Yacoubi tous droits réservés ! Site web propulsé par Artolia

ps-icon